Milarepa Fondation Poorna-Jnana Yoga

Le nom « thangka » personnifie une forme d’art religieux bouddhiste que l’on exprime sur coton soie ou papier. Vous trouverez de nombreux thangkas exposés sur les murs du Centre de la Fondation Poorna-Jnana Yoga. Les personnifications iconographiques peintes sur les thangkas sont utilisées à de nombreuses fins. En méditation, elles sont invoquées, telle une prière, pour acquérir du mérite, elles servent pour célébrer lors de fêtes religieuses bien spécifiques, pour obtenir une guérison, pour favoriser la concentration, ou encore pour intégrer l’enseignement, pour renforcer la protection ainsi que pour recevoir toute guidance pouvant mener à un mode de vie harmonieux. Les thangkas sont également une aide pour rendre l’invisible visible et un véhicule pour permettre à l’être d’accéder à d’autres réalités.

Thangka Fondation Poorna-Jnana Yoga

Amithaba, Avalokiteshwara et Vajrapani

Historique

thangka Vajrapani Fondation Poorna-Jnana Yoga

Vajrapani

L’origine de cette forme d’art, les thangkas, est communément attribuée au Tibet, toutefois, l’histoire nous démontre que sa source remonte plutôt à l’Inde ancienne. Le bouddhisme hindouiste ayant disparu à la suite de l’invasion musulmane du XIIe siècle av. J.-C. (à valider), les moines bouddhistes indiens se rendirent au Népal afin d’enseigner cet art à la communauté newar. Quelques siècles plus tard, au VIIe siècle av. J.-C. (à valider), les Tibétains se tournèrent vers ces artistes newars pour peindre leurs représentations divines qu’ils utilisaient sur les autels, dans les temples et les monastères. Parmi ces artistes, plusieurs voyagèrent et se rendirent au Tibet pour transmettre leurs connaissances sur cet art connu à l’époque comme étant de style Beri. Avec le temps, les thangkas tibétains perdirent leur influence newar et, avec l’inspiration chinoise, ils devinrent plus spécifiques à eux-mêmes.

Artistes à l’œuvre

La création d’un thangka peut prendre plusieurs mois, voire des années. La méthode utilisée suit habituellement un rituel très détaillé. D’abord, les artistes méditent sur la déité qu’ils s’apprêtent à peindre afin de devenir les vecteurs de l’énergie personnifiée sur l’image. Puis, le premier élément peint est souvent le ciel pour rappeler que toute forme est issue d’un ciel vide, alors que les pupilles de la déité sont peintes en dernier (généralement accompli par le maître), geste devant lui donner la vie. Finalement, les thangkas sont décorés de brocarts, parfois couverts de voiles de soie, et consacrés par un lama. À noter qu’aucun thangka ne porte de signature, l’art bouddhiste n’étant pas perçu comme un mode d’expression individuel, mais comme une assistance visuelle sur la voie de l’Éveil.

Au Centre de la Fondation Poorna-Jnana Yoga, vous trouverez des thangkas de deux styles : newaris ou népalo-tibétains et indo-tibétains. Bonne découverte!

Manjoushri Fondation Poorna-Jnana Yoga Chakrasamvara Fondation Poorna-Jnana Yoga Avalokiteshvara Fondation Poorna-Jnana Yoga
Manjushri Chakrasamvara Avalokiteshwara