DK poorna-jnana yoga

4- Notre niveau d’inconscience

La souffrance liée au niveau d’inconscience a davantage d’impact sur autrui que sur la personne qui en est affectée. Le karma qui en découle devra, cependant, être équilibré dans les vies subséquentes, ce qui provoquera là une énorme souffrance chez l’individu responsable de ce chaos. Il n’a pas le choix, il devra réparer les fautes commises envers un ou des individus afin de rétablir un équilibre au sein de l’univers karmique. C’est sa responsabilité. Vient un temps où il doit faire face à ce déséquilibre et faire en sorte que tout soit rétabli dans l’ordre des choses.

Sachez que l’inconscience est puissante et représente une force active amplifiée et utilisée par les forces noires, car la personne inconsciente est facilement manipulable entre leurs mains. Il faut qu’elle soit « éveillée », donc illuminée pour se sortir de cette inconscience provenant de l’ego qui assure ainsi sa survie.

Je mentionnerai, ici, brièvement qu’il existe parfois une inconscience injectée par la Monade, via l’Âme divine, à l’Initié de haut rang, qui se veut une inconscience d’un tout autre ordre, car cette inconscience protège et fait évoluer au lieu de détruire. Lorsque cette « inconscience », qui n’en est pas vraiment une, car une partie de l’Initié « sait » et laisse la place à ce qui doit être travaillé, est utilisée par la Monade; elle le fait dans un but de promouvoir une descente d’énergie qui ne pourrait avoir lieu autrement. L’Initié s’abandonne alors totalement à cet aspect auquel il n’a pas accès, ce qui crée l’effet mirage de ne pas être conscient de tous les paramètres impliqués dans l’affaire. L’inconscience devient alors un instrument utilisé adéquatement par la Monade et l’Âme divine à la demande d’un Maître de Rayon auquel l’Initié est affilié.

L’Âme divine rend alors temporairement le haut Initié (soit un 5e et plus) inconscient d’une partie du travail qu’il doit accomplir à la demande du Maître de son Ashram occulte. Cette énergie permettra d’ouvrir et de travailler certains aspects occultes, par l’intermédiaire de cet Initié, d’un disciple, d’un groupe ou d’une nation. L’Initié « saura » qu’il doit vivre une fausse inconscience temporaire afin que son énergie ne contrecarre pas le travail fait par le Maître de l’Ashram occulte (selon les rayons) auquel il appartient.

Revenons maintenant à l’inconscience dont tous les êtres humains souffrent à différents degrés. Plus l’âme humaine est jeune, plus l’inconscience est grande, car la Lumière de l’Âme divine n’a pas encore pris place en elle. L’inconscience s’infiltre partout, dans toutes les relations, qu’elles soient personnelles, professionnelles ou sociales. La personne inconsciente s’associe à différentes croyances provenant de religions, de philosophies, de systèmes éducationnels ou politiques qui lui dictent sa façon d’agir sans qu’elle ait à se poser des questions. Sa conscience s’endort et rend l’individu semblable à un automate au service de l’ego. Les croyances ainsi mènent et minent sa vie et ses vies suivantes si un éveil ne se produit pas à la suite d’un choc violent qui désarçonne momentanément l’ego, laissant juste suffisamment de temps pour que l’âme humaine voie le piège et s’en libère. Un peu de lumière passe alors favorisant l’éveil d’une petite conscience qui prendra des siècles à grandir, car d’autres pièges vont se tendre, créant de nouveaux états d’inconscience de plus en plus subtils et desquels il sera difficile à se départir.

À ce stade, l’humain souffre de l’inconscience que lui imposent ses pairs en ignorant que, par l’intermédiaire de sa propre inconscience, il fait souffrir aussi les autres. C’est une roue sans fin de « œil pour œil, dent pour dent », qui ne commence à diminuer de tourner que lorsque l’individu vit une première ouverture du cœur. Là, la souffrance devient plus « souffrante », car l’individu devient plus « sensible » à sa propre souffrance ainsi qu’à celle des autres. Cette « souffrance » qui se veut plus authentique permet de commencer à dissoudre l’inconscience, petit à petit, au fil des vies, des siècles et des leçons à apprendre.

L’inconscience est vaste, sournoise et parfaite dans son travail, car elle voile tous les aspects permettant à l’individu de douter de ses actes, de ses choix et de ses décisions. Plus l’âme humaine devient mature, plus l’inconscience s’habille de subtilités afin de garder une main mise sur l’individu qui progresse sur la voie. Plus l’individu est évolué, plus les forces noires tentent d’utiliser sournoisement l’inconscience en la drapant de mensonges, de manipulations du mental inférieur afin d’y glisser des pensées erronées que l’individu inconscient utilisera en pensant qu’il agit selon les volontés de son âme.

On déjoue difficilement l’inconscience, car nous ne sommes pas conscients d’« elle », de sa présence à bien des niveaux dans notre existence.

Avant la première initiation, l’inconscience est omniprésente chez l’individu. Elle se glisse partout, dans les moindres recoins de sa vie, se faufilant même dans les divers médias qu’il écoute, facilitant à la fois l’endormissement de sa conscience et la manipulation par l’ego et le bas astral. On peut dire que l’inconscience de celui qui n’a pas encore franchi la première porte de l’initiation le fait ressembler à un jeune enfant qui obéit et répète les gestes et la façon de penser de ses parents. Il ne se pose pas de questions, il suit et ressemble à une éponge qui gobe tout et que l’on manipule à volonté.

Lorsque l’initié a franchi la première porte, il devient alors comme un adolescent, voulant vivre la vie à sa façon et devenant conscient davantage de ses besoins en mettant de côté ceux des autres. Il devient inconscient des autres en se croyant de plus en plus conscient du jeu de la vie. Son inconscience lui fait commettre des bavures et des fautes karmiques qui blessent plus profondément, car il commence à accumuler plus d’énergie, plus de pouvoir qu’il dirige vers les autres qui ne sauront pas se protéger. Possédant une vision un peu plus élargie, il créera davantage de karma, car il se pensera au-dessus de tout, au-dessus d’autrui. L’avènement de la deuxième initiation approchant, les illusions augmentent et se raffinent, créant l’éclosion de petits gourous dans tous les domaines.

Lorsque l’initié franchit la deuxième porte, donc la deuxième initiation acquise, l’art de manipuler est à son comble, car les illusions sont moindres, mais plus importantes. L’initié croit « savoir », alors qu’il sait bien peu de choses. Son inconscience se dissimule dans certains secteurs faibles de sa vie qu’il devra régler afin que l’inconscience disparaisse. Possédant un peu plus de lumière en lui, cette lumière le rend aveugle à l’essentiel, c’est-à-dire à son évolution qui est encore teintée de trop de désirs personnels. Il évolue certes, mais il crée aussi, s’il ne possède par une guidance juste, bien des dommages, car sa puissance intérieure peut prendre des aspects de « contrôle » au lieu de « maîtrise ». L’inconscience à ce niveau lui fera croire qu’il agit pour le bien de tous alors qu’il agit pour son propre bien. Il ne sait pas encore s’oublier, et sa vie, même si elle semble plus spirituelle, est meublée d’illusions qu’il pense réelles, car, se croyant plus évolué que la masse, il se pare de l’habit du « sauveur » dont les gestes, pense-t-il, peuvent libérer autrui alors qu’il n’en est rien. Il crée plutôt un lien karmique qui emprisonne l’autre et l’obligera à se lier encore à lui dans le futur afin que le lien karmique soit dissout. L’aide d’un plus haut initié lui sera d’un grand secours s’il veut éradiquer les illusions favorisant la survie de ses faiblesses, sinon il ne pourra pas se libérer de ce cercle vicieux qui peut l’empêcher d’évoluer pendant plusieurs incarnations et qui créera un karma négatif qu’il devra régler, ce qui retardera encore davantage sa progression sur la voie spirituelle. C’est une étape importante qui devra être vécue avec sagesse, courage et discernement.

Lorsque l’initié franchit la troisième porte, il réussit à voir un peu plus le jeu des illusions et de l’inconscience qui aveugle l’humanité tout entière ainsi qu’une partie de sa propre vision. Il entreprend la longue route le menant à un ultime sacrifice lié à sa persona qui doit être « éveillée » et mise en face de sa vraie nature, c’est-à-dire l’Âme divine. Il devra affronter l’inconscience qui le tenaille encore dans divers aspects de sa vie. Ce sera douloureux, mais nécessaire. Plus ouvert au travail qu’il doit accomplir sur lui et pour l’humanité dont il est de plus en plus conscient, plus honnête, surtout à l’approche de la quatrième porte, il cessera de servir uniquement son ego pour servir de plus en plus l’Ashram auquel il est lié.

Lorsque l’initié franchit la quatrième porte, il devient conscient du jeu constant que joue l’inconscience au sein de l’humanité qu’il ne juge plus, mais qu’il tente d’aider du mieux de sa propre conscience qu’il sait ne pas être infaillible devant le jeu subtil de l’inconscience qui encore le poursuit de son ombre et de son énergie. Il devient alerte et à l’écoute de ce jeu qu’il tente de déjouer constamment. Il sait que la partie n’est pas entièrement gagnée et qu’il doit, tout en guidant autrui, s’observer afin de ne pas créer de failles au sein de l’équipe avec laquelle il travaille. Tant que la cinquième porte n’est pas franchie, il demeure une victime potentielle de l’inconscience qui sait se dissimuler adroitement dans certaines illusions qui l’habitent encore.