paroles simhananda poorna-jnana yoga

Les Maîtres déplorent depuis fort longtemps le fait que beaucoup trop de gens prient encore de façon inconsciemment égoïste. Ils prient et demandent de l’aide et de l’assistance surtout pour eux et pour leurs proches, ne sachant pas que le rôle de tout un chacun est de toujours inclure, dans ses requêtes, les besoins d’autrui.

La planète entière requiert votre attention. Voilà la raison pour laquelle votre prière se doit de devenir de plus en plus universelle. Récitée avec un esprit pur, une prière qui s’adresse aux besoins d’autrui est l’un des plus grands services que vous puissiez rendre à l’humanité. Lorsque vous formulez une telle requête, destinez-la à cette Intelligence qui, grâce à l’intention provenant de votre cœur, distribuera l’énergie invoquée à tous ceux qui, karmiquement, sont maintenant prêts à la recevoir.

Cette exigence de la part de l’Esprit, incluant que votre esprit soit lié ou identifié à l’Esprit universel, peut déclencher en vous, au début, une grande peur. Pourquoi ? Parce que l’Esprit, pour se manifester, exige un total oubli des exigences de votre petit soi, exercice qui, afin de s’intégrer dans la conscience, comme vous pouvez le constater, requiert un certain temps.

Lorsqu’un tel oubli s’incarne de plus en plus solidement dans votre pratique quotidienne, une joie nourricière et plus durable pouvant parfois même susciter de l’extase se substitue aux exigences de votre ego. Pourquoi ? Il n’y a qu’un Soi, et nous sommes des parties intégrantes de ce Soi. Cette évidence est tellement suspendue au bout de votre nez que vous ne pouvez que l’ignorer. Lorsqu’un jour vous vous approcherez un tant soit peu de cette révélation, l’une des plus grandes frustrations sera de constater à quel point, pendant si longtemps, vous étiez restés aveugles à cette réalité. C’est vraiment frustrant, très, très frustrant de s’être ainsi fait berner par le petit soi rempli de ses besoins, de ses difficultés, de ses plaisirs et de ses désirs qui cherchent continuellement à être comblés sans toutefois n’être jamais totalement satisfaits. C’est ce qui vous empêche de vraiment vous arrêter pour goûter à la beauté et à l’esthétique de la Création. D’ailleurs, c’est probablement cet écœurement pénible de soi qui, lorsqu’il finit par s’enraciner dans votre conscience, suscite une énorme déprime et une extrême fatigue, préludes essentiels au sérieux sur la Voie.

Oui, un jour, vous deviendrez à ce point fatigués de la vie mondaine, de la course vers le succès, des bla-bla de tout un chacun, y compris des vôtres. C’est alors qu’un puissant désir s’élèvera, désir non seulement de vous cacher, mais aussi de rechercher la solitude. À ce jour, êtes-vous suffisamment saturés au point de mériter cette solitude sacrée ? Et, si tel est le cas, qu’en ferez-vous ? Chercherez-vous à remplir à l’infini cette solitude de diverses échappatoires superficielles ou à l’orienter vers quelque chose de plus créatif, vers une cause beaucoup plus universelle, un dessein que seul Dieu connaît, mais que vous pouvez demander de découvrir selon votre niveau de compréhension ? Saurez-vous cultiver dans votre silence intérieur ce désir qui, grâce à sa puissance, remplacera tous les petits désirs que vous avez connus jusqu’à maintenant et instaurera subtilement dans votre être un potentiel d’amour jamais totalement éveillé ? Si vous avez la chance de vivre avec créativité cette solitude sacrée alors, graduellement, s’éveillera en vous une patience infinie à l’égard des imperfections et des défauts d’autrui, ainsi qu’à l’égard de vos propres faiblesses.

Le bouddhisme reconnaît depuis toujours que nous sommes tous des êtres imparfaits, vivant dans un monde imparfait, et refuser d’accepter ce fait nous laisse patauger dans un état d’ignorance perpétuel qui s’échelonnera encore sur de nombreux éons à venir.

En admettant consciemment ce fait, vous pourrez collaborer collectivement à trouver une solution pratique pour vous en sortir. Voilà la raison pour laquelle, sur la Voie, il vous est adressé un appel à la reconnaissance de la grandeur de tout un chacun et du meilleur qui fait partie de votre Essence. L’œil de cette Essence, votre véritable Soi, vous permet d’observer ce qui, au fil de vos incarnations, y compris celle-ci, a engendré les multiples obstacles paralysant l’expression de votre grandeur. Il vous aidera à vous prendre en main et à corriger, dans le moment présent, certaines situations qui n’attendent que cela.

Oui, dans la limite du possible, votre devoir est d’incarner pleinement votre grandeur en soustrayant les obstacles qui empêchent la Lumière de s’exprimer. Mais encore faut-il le vouloir ! Sans le puissant désir d’être au service de la Création, sans la volonté absolue de chercher à contribuer à ce Grand Tout, personne, y compris vous-mêmes, ne vous prendra entièrement au sérieux. Paul Brunton illustrait ainsi ce fait : « The path is not a joke; it is as terrible as it is beautiful at other times. » La Voie n’est pas une blague; elle est aussi terrible que belle en d’autres temps.

Être sérieux ne veut pas dire perdre votre sens de l’humour, devenir heavy. Être sérieux signifie vous mettre véritablement au travail, tout en demeurant légers dans votre conscience afin de laisser transparaître votre Lumière. Toute une responsabilité ! Par contre, la tendance de l’ego est de tout s’approprier et de dire : « ma lumière ». Pour communiquer adéquatement sur le plan physique, personnaliser ainsi l’universel s’avère temporairement acceptable. Mais, tôt ou tard, ce type de communication superficielle devient épuisant. Afin de bien approfondir vos expériences spirituelles qui cherchent à se manifester, une solitude et un certain retrait demeurent cependant essentiels. Pas facile de nos jours, car le rayon 7 exige à la fois une participation et une communication à tous les niveaux. N’oubliez pas que ce rayon représente l’énergie ayant tendance à regrouper et à favoriser la formation d’une conscience de groupe qui, grâce à l’unité ainsi créée, procure une plus grande force d’action sur Terre.

Le rayon 7 travaille à créer l’union et l’harmonie. Lorsque vous vivez des situations conflictuelles ou déstabilisantes ou encore en êtes témoins, il importe de vous souvenir immédiatement que vous êtes une partie de cette harmonie universelle qui coordonne tous les mondes et que vous en faites partie. Certaines dissonances surgiront constamment, ce qui est inévitable sur le plan physique. N’oubliez surtout pas que vous êtes plus grands que ces discordances. Nourrir simplement cette pensée vous calmera. Lorsque vous changerez d’attitude, par le fait même l’attitude d’autrui changera. Le travail doit systématiquement commencer sur soi-même.

Ne soyez pas facilement renversés par les événements qui surviennent. Il y a toujours une façon de discuter sans repousser, une approche qui fait appel à la dignité d’autrui. En faisant preuve d’un tel respect, rien de sombre ne peut s’éveiller. Vous êtes sur Terre pour vous harmoniser en dépit de vos différences. Néanmoins, cela exige de la discipline, une main ferme, l’activation de votre soldat intérieur dûment accompagné de sa sentinelle constamment en état d’alerte et de vigilance afin d’éviter de cacher le soleil et d’empêcher la Lumière de passer. Le soleil est votre âme. N’occupez pas toute la place ! Laissez l’âme exprimer son rayonnement et apprenez l’art de devenir transparent. Vous devez vous y entraîner ! Avec le temps, apprendre à devenir transparent façonnera votre personnalité en un outil de service et non de destruction, aveuglée par une trop grande importance du petit soi couvrant ainsi l’entièreté de l’horizon.

À défaut de constamment dépenser toute votre énergie à élargir votre égocentrisme, devenez un petit point de concentration et laissez la Lumière de l’âme passer complètement au travers. Vous verrez que même ce petit point que vous êtes devenus sera un jour absorbé par l’âme. En illuminant tout votre être, l’âme fera de vous un porteur d’une certaine vérité remplie de douceur et de compassion. Vous comprendrez alors intuitivement la souffrance d’autrui sans que votre corps émotif en soit déséquilibré. La sentimentalité englobe toujours un bon degré d’aveuglement, car, de nature astrale dans sa fréquence, elle voile les hautes qualités des sphères supérieures. L’amour véritable n’a rien en commun avec la sentimentalité.

En tout temps, et surtout lorsque vous vivez une période de grand inconfort, tentez de maintenir une perspective de conscience élevée. L’évolution ne cherche pas à détruire l’ego, mais plutôt à s’en faire un allié. Parfois, certains coups durs sont requis; ceux-ci lui permettent de devenir suffisamment vulnérable et de créer, dans sa conscience, l’ouverture propice à la descente d’énergies supérieures. Bien que cela soit pénible, lorsque l’ego se met de côté, ne serait-ce que pour un moment, il y a de l’espoir.

Ces propos peuvent paraître rudimentaires, mais personne n’est vraiment en mesure de constater à quel point l’ego maintient son emprise sur chacun d’entre vous. L’ego exerce un contrôle total, pas avec une main de fer, mais avec une main cachottière qui vous fait tourner continuellement en rond sans que vous en soyez conscients. Parce que vous vous détournez de vos motivations profondes en raison du fait qu’aucune lumière n’éclaire votre chemin, qu’aucune vision n’illumine votre regard, qu’aucune révélation ne vient raviver votre cœur asséché, l’ego utilise votre déception pour que vous lâchiez prise (délaissiez votre sadhana). Il peut alors reprendre le contrôle en vous amadouant avec de nouveaux bonbons et continuer à dicter à l’Esprit ce qu’il pense être bon pour votre évolution.

Si seulement vous pouviez calmer un tant soit peu votre impatience et comprendre que ce qui importe avant tout n’est pas tellement la distance que vous parcourez sur la Voie, mais la direction que vous prenez et que vous maintenez. C’est la raison pour laquelle, et je le répète sans cesse, votre rôle n’est pas seulement de « désirer » servir, mais surtout de mettre tout en action pour le faire concrètement.

Comment intégrer cette notion de service dans votre quotidien ? En commençant par reconnaître que tout ce qui existe ici, sur Terre, est tributaire du « Principe du sacrifice ». Plusieurs sacrifices, tout au long de l’échelle de l’évolution, se sont avérés nécessaires pour vous permettre d’être présents, ici, maintenant. Et, quel est le dénominateur commun de tous ces sacrifices ? L’« oubli de soi ».

Lorsque vous devenez réceptifs à cette notion du sacrifice comme voie sacrée de service, lorsque vous réalisez à quel point le sacrifice est inhérent à toute vie sur Terre, il vous sera alors possible de surmonter votre inertie initiale, y compris la totalité des limitations et des mutations de votre corps, les fatigues, les épuisements, les maladies et bien plus encore. Cette acceptation vous aidera à supporter les gens qui drainent votre énergie ou qui abusent de votre bonne volonté; elle vous donnera aussi l’endurance, la patience et le calme nécessaires pour accomplir ce qui est exigé de vous dans le moment présent.

Donc, au lieu de vous décourager, choisissez consciemment de faire descendre l’Énergie divine dans les moindres détails de votre vie et devenez porteurs de cette Présence. Chaque petite pensée d’amour envoyé à autrui, chaque parole de bienveillance, chaque geste rempli de sagesse recueilleront en retour une réponse énergétique subtile de l’Univers. Pourquoi ? Parce que vous faites tous partie d’un même Tout. Pourquoi imposer vos croyances et limitations alors que l’Univers n’en possède aucune ?

N’imposez rien. Quotidiennement, soyez simplement présents, à l’écoute et faites place à la grandeur que vous êtes. Vous pensez qu’elle vous fait défaut ? Qu’elle ne vous habite pas suffisamment ? Créez-la, affirmez-la, puis finalement, projetez-la. Cessez de penser petit !

Puisse le roc sacré qu’est le refuge en votre Gourou,
vous protéger et vous inspirer.
Puisse-t-il, gracieusement vous remémorer
la totalité de l’infiniment Meilleur en vous.*

Ceci est un extrait de l’invocation de E.K. À tous ceux dans le besoin.