paroles simhananda poorna-jnana yoga

Les difficultés sont essentielles sur la Voie. En mobilisant votre courage et votre sens des valeurs, elles mettent à l’épreuve la qualité et la solidité de vos vrais acquis et non de ceux que vous pensiez avoir.

Vous vous connaissez très mal, du moins la majorité du temps. L’ego vous joue constamment des tours, vous portant à croire différentes évidences qui, généralement, s’avèrent irréelles. Ne voyez-vous pas que votre façon de percevoir est très subjective et, par le fait même, loin d’être juste ? D.K. mentionnait récemment que ce qui est le plus difficile à redresser chez un étudiant ce sont les fausses croyances qu’il entretient sur lui-même et sur le cheminement spirituel. De là l’importance des épreuves qui se présentent dans votre vie, car elles mettent en lumière vos attachements, déséquilibrent vos émotions et vous placent face à des situations qui vous permettent de mesurer si vous avez suffisamment de force pour transposer vos connaissances et vos idéaux en actions.

Lorsque tout va mal autour de vous et en vous, vous est-il possible de maîtriser votre colère afin d’éviter d’envenimer une situation ? de rester en équilibre même si tout s’effondre autour de vous ? de maintenir une main ferme sur vos passions ? de choisir délibérément comment exprimer vos émotions et vos passions ? ou, simplement, de vous laisser guider impuissamment par votre nature inférieure ?

Lorsque vous vous engagez sur la Voie, chaque événement devient, en quelque sorte, une manifestation de l’activité des forces sombres ou des forces blanches. Plus votre pouvoir augmente, plus vous attirez également ces deux forces qui se livreront une lutte acharnée à travers vous. Comme il est relaté dans la Bhagavad-Gita, votre vie, à ce moment, devient un véritable champ de bataille : l’âme teste vos qualités durement acquises, tandis que les forces sombres vous soumettent à diverses tentations. C’est alors que l’acquisition de cette aptitude de vigilance constante, tellement exigée dans tout entraînement spirituel, revêt toute son importance.

La souffrance fait partie du système d’évolution de notre planète. Vous le savez, les Maîtres le savent. Ils ne se gênent donc pas pour accentuer votre souffrance si le besoin d’accélérer votre évolution se fait sentir. Selon votre attitude, votre perspective philosophique et votre capacité d’absorption, la souffrance purifiera vos nadi et, bien que parfois elle puisse sembler insupportable, vous en sortirez toujours gagnants.

La difficulté majeure à laquelle vous êtes confrontés est celle d’être tellement centrés sur vous-mêmes que vous ignorez comment vous oublier et laisser naturellement la souffrance s’exprimer à travers vous. La souffrance est un combustible dont l’être a besoin pour le propulser sur un nouveau palier d’expression énergétique. Ce processus s’active invisiblement, en silence, dans votre solitude intérieure. Sachez cependant qu’aussi longtemps que vous chercherez à attirer l’attention et la sympathie sur vos petits bobos, vous empêcherez la souffrance d’accomplir son travail. Un jour, lorsque la maturité s’installera, vous cesserez votre pleurnichage, cesserez de porter votre regard sur votre nombril et vous vous prendrez en main. À ce moment, seulement, les Maîtres sauront que vous devenez sérieux sur la Voie.

Le monde est tellement vaste, et ce n’est pas en restant assis sur vos fesses endolories que vous pourrez l’explorer ! Vous devez savoir qu’il existe certains mondes qui n’ont pas été créés, mais qui ont toujours existé. Vous connaissez l’aspect créé de vous, l’âme, qui vous a guidés à travers les âges, mais la partie infinie de vous vous est encore inconnue. Vous ignorez quelle est votre planète d’origine. Peut-être ne s’agit-il pas d’une planète, mais simplement d’une molécule ou d’un atome résidant dans un autre corps cosmique. Peut-être, un jour, tel un vrai aventurier, y retournerez-vous d’une façon plus brillante, plus illuminée et expérimentée. Ne dit-on pas que la vie est une aventure ? Alors, lorsque vous partez à l’aventure, comment est-il possible de trouver le temps de vous ennuyer ? Les enfants s’ennuient souvent, mais vous, qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui, chez l’homme, provoque l’ennui ? Conquérir l’ennui, le maîtriser, maintenir une main ferme sur cette tendance trop humaine devrait être tout un défi pour vous. Vous avez encore tellement de choses à découvrir…

Votre quête spirituelle doit donner lieu à une plus grande liberté, la liberté d’obéir à la voix expansive de votre âme, et non à la voix limitative de votre ego.

Cependant, cette transition est une étape dangereuse qui requiert énormément de prudence et encore plus de vigilance. Chacun d’entre vous vivra des périodes de doute et de remise en question. C’est un phénomène bien connu qui s’installe lorsque vous vous attardez à regarder, sans complaisance, les résultats que vous pensez avoir obtenus depuis le début de votre cheminement spirituel, que vous constatez avec désespoir que rien de tangible ne semble s’être manifesté, que vous n’avez aucune expérience mystique satisfaisante à relater, que vous ne relevez aucun progrès spirituel véritable dont vous êtes fiers… Lorsque que vous êtes découragés et tourmentés par de telles constatations, inévitablement les doutes s’immiscent en vous. Cette période, que beaucoup appellent « nuit sombre de l’âme », est en réalité une suractivation des éléments non épurés de vos émotions et de vos pensées qui touchent à vos croyances fondamentales auxquelles vous vous êtes attachés. Ce semblant d’échec de votre investissement finit par vous tirailler, vous torturer, vous déprimer et vous élever à une certaine hauteur que nous pouvons qualifier d’instable.

Pendant cette période où toutes vos aspirations s’effondrent, vous devez réaffirmer les exigences de base que la Voie exige : la stabilité de votre caractère, la loyauté à vos principes, le bon vouloir de persévérer dans vos intentions précédemment énoncées. Cette transition particulièrement éprouvante demande de garder le cap et de quotidiennement maintenir active votre sadhana.

Je n’essaie pas de vous décourager, mais simplement de vous prévenir : la Voie est tellement vaste, tellement grande que, sans un entraînement adéquat, il y a réellement matière à paniquer. Alors, vous n’avez pas vraiment le temps de vous ennuyer puisqu’il y a toujours des tâches à accomplir, une nouvelle connaissance à approfondir, certains traits de caractère à peaufiner… Les Maîtres ne nous disent-ils pas qu’il n’y a pas de repos sur la Voie. Plus vous avancez, moins il y a de repos.

Il s’avère très difficile, pour un système nerveux non entraîné, d’absorber les fréquences électromagnétiques plus élevées d’une énergie qui transforme. Dans un sens, l’évolution est tributaire de votre capacité à intégrer ces nouvelles fréquences sans vous détruire. Selon les différentes qualités de feux utilisés, et il y en a de multiples, parfois ceux-ci peuvent devenir très, très hot. Sans entraînement, sans purification, sans ce vouloir d’endurer une certaine souffrance sans rechigner, il vous sera impossible de canaliser un tel voltage. À nouveau, les Maîtres savent observer. Ils ne vous donneront jamais ce que vous ne pouvez tolérer ou, plutôt, inconfortablement supporter. L’inconfort est donc toujours une partie intégrante du processus…, toujours. 

Ainsi, tout entraînement spirituel exige de développer une colonne solide afin de canaliser, un jour, d’une façon correcte et sécuritaire, ces courants énergétiques de haut voltage. Une préparation disciplinaire inébranlable est donc exigée afin que ces énergies puissent circuler adéquatement en vous. Si tel n’est pas le cas, vous vous perdrez dans les méandres de votre ego et créerez, par votre nouvelle puissance non équilibrée, beaucoup de chaos et de destruction autour de vous. D’où l’importance, avant tout, de devenir un canal éveillé et d’être très, très alerte.